Whiteblock pourrait-il catapulter Syscoin au premier plan ?

20 mai 2019 0 Par Daniil Gorbatenko

En novembre dernier, l’équipe de recherche Whiteblock, en collaboration avec Consensys, a envoyé une onde de choc dans l’espace de la blockchain en publiant une analyse approfondie de la plate-forme EOS. Whiteblock affirme entre autres, que l’EOS n’était pas une blockchain et qu’elle n’offrait pas l’évolutivité promise en tests dans des conditions réalistes.

Jusqu’à présent, EOS n’a pas été en mesure de réfuter de manière convaincante les affirmations de Whiteblock et la réputation de l’entreprise a été établie.

Le 22 mai, Whiteblock devrait publier les résultats du teste sur un projet de blockchain  peu connu mais implanté dans la cryptosphere depuis longtemps, intitulé:  Syscoin. D’après le ton de certains commentateurs de Twitter (comme celui-ci ), il semblerait qu’ils s’attendent à des résultats positifs pour Syscoin.   

 

Bref aperçu de Syscoin

 

Syscoin est un projet de plate-forme blockchain d’origine canadienne. Contrairement à EOS, il existe depuis 2014 mais est peu connu.

Syscoin est aussi un projet dont l’évolution n’est pas facile à suivre. Il a déjà fait l’objet de trois itérations depuis sa création en 2014 et la quatrième itération a récemment été annoncée.  

À l’origine, Syscoin semble avoir été une bifurcation (un fork) de Litecoin, et donc, Bitcoin, et jusqu’en 2017, il semble avoir été principalement collé à ce mode de fonctionnement, malgré l’introduction de certaines caractéristiques uniques telles que les certificats, alias et escrow.

Cependant, avec la sortie de la dernière version du mainnet (Syscoin 3) en mai 2018, la structure du projet a subi d’importants changements. Parmi les éléments nouvellement introduits, figuraient les masternodes, des jetons et un protocole pour les transactions de confirmation zéro appelé Z-DAG.

Le dernier développement majeur autour de Syscoin a été l’annonce de sa quatrième itération, qui devrait être lancée le 4 juin . L’innovation clé que cette étape est supposée introduire est l’intégration entre Syscoin et Ethereum. Il convient également de noter que, bien que le protocole Z-DAG ait déjà été inclus dans la troisième itération de Syscoin, la dernière version de la plate-forme est accompagnée d’un nouveau livre blanc sur Z-DAG. Cependant, les différences entre les deux, le cas échéant, sortent du cadre de cet article.

Selon la description faite dans l’annonce de Syscoin 4, la plate-forme résultante comportera trois couches:

  1. La couche de base où la monnaie Syscoin sera utilisée comme analogue du gas d’Ethereum
  2. La couche d’actifs sécurisée par une combinaison de Z-DAG et de proof-of-work (PoW)
  3. L’écosystème Ethereum connecté à la plate-forme Syscoin via un pont spécial.

Ce dernier implique que chaque actif sur Syscoin peut avoir un jeton ERC20 équivalent sur le réseau Ethereum avec exactement le même nombre d’unités et la même distribution entre les adresses. Selon l’équipe Syscoin, cela permettra aux utilisateurs de Syscoin de bénéficier à la fois des avantages de la plate-forme des smart contract d’Ethereum et des vitesses de transfert de jetons supérieures offertes par Syscoin.  

La fonctionnalité principale de Syscoin testée par Whiteblock et l’approche Z-DAG-PoW

Il n’est pas tout à fait clair sur ce point quel(s) aspect(s) exact(s) de Syscoin Whiteblock a été testé. Cependant, nous parlons probablement au moins de la couche d’actifs Syscoin faisant appel à Z-DAG, comme il est décrit dans le dernier livre blanc sur Syscoin .

Il semble que Syscoin tente d’atteindre un haut degré de scalabilité en combinant simultanément deux approches de validation des transactions : Z-DAG et proof-of-work (PoW). Selon le livre blanc, le but de Z-DAG est d’assurer l’ordre complet des transactions à temps pour éviter les doubles dépenses.

Ce que cette approche apparement permet en pratique de faire, c’est de confirmer presque immédiatement la plupart des transferts, car la probabilité de doubler les dépenses est très faible. Pour les transferts de valeur impliquant des montants importants, leurs destinataires peuvent attendre que le transfert soit inclus dans un bloc miné via l’algorithme PoW qui s’exécute en parallèle avec Z-DAG mais plus lentement.

Problèmes potentiels avec Syscoin

Un article de BD Ratings datant d’octobre dernier contient une analyse détaillée des problèmes potentiels liés au protocole Syscoin. Le plus important de ces facteurs semble être le fait que la plate-forme a déjà été redémarrée à plusieurs reprises et qu’elle semble ressembler à un couteau suisse de divers outils de blockchain plutôt qu’à un ensemble cohérent de technologies.

Il convient également de noter que les descriptions actuellement disponibles du mécanisme de consensus hybride de Syscoin et de la manière dont son pont vers ethereum est censé fonctionner sont assez difficiles à suivre et à comprendre. Espérons que l’étude Whiteblock nous fournira une meilleure compréhension de ce dernier.   

 

La collaboration Syscoin-Whiteblock et son importance potentielle

Si les résultats de test rapportés par Whiteblock s’avéraient positifs pour Syscoin, il s’agirait de la première plateforme blockchain dont les revendications de scalabilité seraient vérifiées indépendamment par une équipe de recherche réputée. Cela pourrait renforcer le profil du projet dans l’espace blockchain et vraisemblablement sa capitalisation boursière.

Bien entendu, on pourrait demander ici pourquoi ne pas laisser les plates-formes blockchain lancer leurs réseaux principaux et voir si elles peuvent être livré dans la nature. Pourquoi avons-nous besoin de Whiteblock lorsque nous avons des outils explorateurs des blockchains?

La réponse principale est qu’il n’y a pas assez d’activité de transaction prête à utiliser simultanément plusieurs blockchains prétendument scalables en même temps. En outre, de nombreux utilisateurs potentiels, en particulier des entreprises, pourraient attendre qu’une blockchain publique établisse ses reference en matière de sécurité et de scalabilité avant de sauter dessus. Cela peut créer une sorte de dilemme de prisonnier dans lequel tout le monde attend que quelqu’un d’autre teste des blockchain scalables. Les efforts similaires de Whiteblock et des autres pourraient permettre de sortir de cette impasse.

Beaucoup dépendra probablement de savoir si les perspectives de Syscoin seront considérablement améliorées si Whiteblock valide ses prétendues caractéristiques. Si tel est le cas, d’autres projets risquent d’affluer vers Whiteblock et de stimuler la création de services de copie. Ce qui est déjà clair, c’est que nous sommes sur le point de connaître des développements intéressants.